fbpx
Connect with us

Actualité

La région PACA et la SNCF signent un « contrat de performance » pour améliorer l’état du service des TER

Déjà pionnière en ouvrant les TER à la concurrence, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur innove encore en signant le premier contrat de performance avec SNCF Réseau, en charge des infrastructures.

Le bras de fer entre Renaud Muselier et la SNCF semble appartenir au passé. La hache de guerre est en tout cas enterrée. Lundi soir à l’hôtel de Région, à Marseille, c’est dans un climat apaisé que le président de la Région, qui parle de « confiance réciproque », a signé un contrat de performance avec Luc Lallemand, le P.-D.G. de SNCF Réseau.

Un système de bonus-malus censé améliorer la régularité des TER.

En arrivant à la tête de la Région Sud en 2015, Renaud Muselier et son prédécesseur Christian Estrosi avaient découvert avec effroi et colère l’état du service de TER.

« Le plus mauvais de France avec à peine 80% des trains à l’heure et 10% de trains annulés », se souvient encore le président de la Région.

Désormais, 90% des TER sont à l’heure

Cinq plus tard, sans être parfaites, les choses se sont bien améliorées. Au terme d’un bras de fer et de huit contentieux avec SNCF Mobilité, tous gagnés par la Région, 90% des TER sont désormais à l’heure, et à peine 1 à 2% sont annulés.

Une amélioration spectaculaire que Philippe Tabarot, vice-président de la Région délégué aux Transports attribue justement à « l’ouverture à la concurrence ».

En dépit du mieux, le service était encore perfectible.

« On avait encore du mal à savoir les causes des retards ou annulations de trains », fait remarquer Renaud Muselier. En signant ce contrat de performance, cette fois avec SNCF Réseau, « les deux entités des chemins de fer ne pourront plus se renvoyer la balle », insiste Philippe Tabarot.

350 MILLIONS D’EUROS sur dix ans

Si quelques détails sont encore à peaufiner, notamment dans la définition des indicateurs qui permettront de mesurer la performance, le document prévoit d’ores et déjà que la Région Sud investisse 350 millions d’euros dans les dix prochaines années pour rénover et moderniser un réseau vieillissant.

Une somme conséquente qui s’ajoute aux 320 millions d’euros prévus pour acheter dix nouvelles rames, en rénover 23 autres, acquérir 8 rames hybrides et – « grande première » là encore dixit Philippe Tabarot – transformer 9 trains diesel en rames à batteries.

Pour financer ces investissements, Renaud Muselier compte sur le plan de relance présenté jeudi dernier par le Premier ministre, le futur contrat de plan état-Region et des fonds européens au titre du Green Deal.

Reste une inconnue: avec la peur de la Covid-19, les usagers reviendront-ils dans les trains. à l’heure du déconfinement en juin, à peine 30 % des voyageurs du quotidien avaient retrouvé le chemin de la gare.

En cette rentrée, « il est encore trop tôt pour répondre, assure Philippe Tabarot, mais la campagne d’abonnement est encourageante. La carte Zou fonctionne très bien. Et on espère que les tarifs attractifs qu’on a mis en place en tenant compte de nouvelles pratiques telles que le télétravail séduiront les usagers ».

Actualité

Trainline : leur nouvelle appli vous avertit lorsque vous avez droit à une compensation

Le service dans l’appli TrainLine « Récup’ Retard » vous prévient lorsque vous avez droit à une compensation et estime son montant.

Le temps, c’est parfois de l’argent

D’après Trainline, 69 % des clients éligibles à une compensation ne la demandent pas systématiquement, soit parce qu’ils ne savent pas comment faire ou tout simplement, parce qu’ils ne sont pas au courant qu’ils y ont droit. Avec Récup’ Retard, ils ne pourront plus passer à côté d’un dédommagement.

  1. Vous recevez une notification : si votre train est arrivé à la gare avec plus de 30 minutes de retard et que vous êtes éligible à une compensation, nous vous le faisons savoir via une notification ou par e-mail.
  2. Trainline estime le montant pour vous : en fonction de ce que SNCF propose avec la « G30 » (Garantie 30 Minutes), ils calculent le montant de votre remboursement.
  3. Remplissez le formulaire SNCF : ils vous aiguillent ensuite pour faire la demande auprès de SNCF, et recevoir votre code de réduction.
  4. Utilisez vos codes de réduction : vous avez plusieurs codes de réduction ? Enregistrez-les dans l’app pour les avoir sous la main lors de vos prochaines réservations.

La France est le premier marché où ce service est proposé. Les codes de réduction sont stockables dans l’application mobile pour que les voyageurs les aient sous la main lors de leur prochaine réservation.

La plateforme en ligne précise toutefois que recevoir une notification ne garantit pas que la demande sera approuvée ou que le client recevra effectivement une compensation. Il s’agit seulement d’une estimation de la part de Trainline et il est possible que le trajet ne réponde pas aux critères fixés par le transporteur.

Continue Reading

Actualité

La RATP expérimente une navette autonome collective

RATP Dev et ArchParc, parc d’activités d’intérêt régional situé au cœur de la Haute-Savoie dans le « genevois français », a inauguré vendredi 18 septembre un service de navette autonome à la demande. Cette expérimentation, prévue jusqu’en décembre 2021, est opérée par Alpbus, filiale de RATP Dev, en partenariat avec la société suisse Bestmile, dans le cadre du projet echosmile, financé par l’Union européenne et piloté par ArchParc.

ArchParc, RATP Dev via sa filiale Alpbus et leur partenaire Bestmile se sont associés pour mettre en œuvre la première expérimentation du service à la demande pour se déplacer sur le parc d’Archamps en navette autonome.

Desservant 7 arrêts dans l’enceinte du technopôle, ce projet de pointe en matière de mobilité autonome met en œuvre la dernière génération de navette de la société toulousaine Easymile. L Le déploiement de cette expérimentation a débuté dès le début de septembre et connaîtra une première phase d’expérimentation d’une durée de 4 mois.

Après avoir téléchargé l’application dédiée, les usagers définissent à l’avance leur point de départ et d’arrivée, avant même de monter dans la navette. À terme, la navette sera capable de changer son itinéraire afin de l’optimiser en tenant compte des nouvelles demandes des voyageurs.

RATP Dev a su mobiliser et combiner les compétences de différents acteurs pour concevoir un projet dont le fonctionnement conjugue mobilité autonome et approche inspirée du transport à la demande. Pour accompagner le projet, des chauffeurs de la société Alpbus, filiale de RATP Dev, ont été formés à devenir opérateurs de navette autonome et assurent, depuis la navette, la sécurité des usagers et des riverains lors de la circulation de la navette. Les protocoles sanitaires liés à la Covid ont ainsi pu être anticipés et permettront aux usagers de circuler en toute sécurité.

Le projet echosmile a pour objectif de comprendre comment le potentiel technologique des véhicules autonomes peut être utilisé pour répondre à un besoin de mobilité à la demande et étudie le cahier des charges d’un service de mobilité collectif et durable au service des usagers. Des expérimentations auront ainsi lieu principalement à ArchParc, et sur la zone d’activités miroir en Suisse, la ZIPLO.

Notre approche de l’innovation est à la fois ambitieuse et très pragmatique. Il s’agit d’offrir de nouveaux services aux villes et à leurs habitants pour accompagner les mutations de la mobilité et de relever les défis du changement climatique. Ce site pilote est très important car il va nous permettre de construire avec tous les acteurs une nouvelle expérience client qui donne confiance et rende attractif ces nouveaux servicePatrick VautierDirecteur Marketing et Innovation de RATP Dev

En raison de son implication active dans la mobilité à l’échelle transfrontalière et sa position stratégique, ArchParc (170 entreprises, 1 600 salariés, 15 000 visiteurs actuellement, 60 000 véhicules jour de travailleurs frontaliers, 50 000 véhicules jour à l’échangeur autoroutier d’ArchParc) réaffirme son ambition de devenir la plateforme de services du territoire en déployant de nouvelles offres pour les acteurs économiques du Grand Genève dont l’innovation et l’entrepreneuriat, la formation et l’évènementiel et la mobilité durable.

Continue Reading

Actualité

Le Groupe Accor sort du Cac40

Le phénomène est plutôt rare car il n’y a pas « d’effet de surprise » : la sortie du Groupe Accor du CAC40, programmée depuis 15 jours est devenue la triste réalité ce jour.

Les conséquences sont immédiates à la bourse : le titre ce lundi 21 septembre plonge de -7% vers 22,2 euros pour sa sortie du CAC, ouvrant un ‘gap’ sous 23,74 euros, ce qui ouvre le chemin d’un retracement de la zone de plancher historique des 20,7/21,2 euros du 14 mai ou 31 juillet (en intraday).

Le groupe ferroviaire Alstom remplace désormais Accor dans le Cac40. La capitalisation d’Accor a fondu de 37% depuis le début de l’année à 6,8 milliards d’euros.

Continue Reading
Advertisement

Les + lus