fbpx
Connect with us

Actualité

On fait le point sur le coronavirus: localisation, symptômes, transmission..

Répartition géographique des cas de coronavirus

Du 31 décembre 2019 au 9 février 2020 : 37 564 cas d’infection au coronavirus (2019-nCoV) confirmés en laboratoire ont été signalés, dont 813 décès.

Des cas ont été signalés dans les continents suivants :
Source : European Centre for Disease Prevention and Control
Asie : Chine (RPC) (37 206), Hong Kong (Région administrative spéciale) (26), Macao (Région administrative spéciale) (10), Singapour (40), Thaïlande (32), Japon (26), République de Corée (25), Taïwan (18), Malaisie (16), Vietnam (14), Émirats arabes unis (7), Inde (3), Philippines (3), Cambodge (1), Népal (1) et Sri Lanka ( 1).
Amérique : États-Unis (12) et Canada (7).
Europe : Allemagne (14), France (11), Royaume-Uni (3), Italie (3), Russie (2), Belgique (1), Finlande (1), Espagne (1) et Suède (1).
Océanie : Australie (15).
Autre : Affaires relatives à un moyen de transport international (Japon) (64).
Sur les 813 décès signalés, 811 ont été signalés en Chine: Hubei (780), Heilongjiang (6), Henan (6), Pékin (2), Chongqing (2), Hainan (2), Hebei (2), Anhui ( 1), Gansu (2), Guangdong (1), Guizhou (1), Hunan (1), Jilin (1), Shandong (1), Shanghai (1), Sichuan (1) et Tianjin (1). Un décès a été signalé à Hong Kong (Région administrative spéciale) et un aux Philippines.

Comment en est-on arrivé là

Source : gouvernement.fr
Le 31 décembre 2019, l’OMS a été informée de plusieurs cas de pneumonie d’allure virale d’origine inconnue dans la ville de Wuhan en Chine. Le 7 janvier 2020, la découverte d’un nouveau coronavirus, appelé le 2019-nCoV, en lien avec les cas de pneumopathies a été officiellement annoncée par les autorités sanitaires chinoises.

Le 18 janvier, le premier cas est confirmé en Chine dans la ville de Wuhan avant de s’étendre au reste du pays puis dans la proche région : Thaïlande, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, Macao, Singapour, Malaisie, Vietnam, Népal, Cambodge ainsi qu’aux Etats-Unis, Canada, Australie, Emirats Arabes Unis, Philippines, Russie, Royaume-uni, Italie, Espagne, Suède, Inde, Sri Lanka, Allemagne et Finlande.

Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale – USPPI. Plusieurs cas ont été confirmés en France, 11 cas le 8 février 2020 à 10h00, par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes décrits évoquent principalement une infection respiratoire fébrile. Certains cas présentent également des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires.
D’une manière générale pour les infections à coronavirus, dans les cas plus sévères, le patient peut être victime d’un syndrome de détresse respiratoire aigu, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multi viscérale pouvant entraîner un décès.
Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes présentant des pathologies chroniques présentent un risque plus élevé.

Modes de transmission du virus

D’après les autorités chinoises, la majorité des premières personnes malades s’étaient rendues sur le marché de Wuhan (fermé depuis le 1er janvier 2020) ; l’hypothèse d’une maladie transmise par les animaux est donc privilégiée, toutefois le réservoir animal à l’origine de cette transmission n’est pas connu à ce jour. La contamination interhumaine est avérée à ce jour.

Diagnostic et prise en charge

Conformément à la définition des cas de Santé Publique France, des signes d’infection respiratoire, chez une personne ayant voyagé ou séjourné en Chine dans les 14 jours précédant l’apparition des symptômes nécessitent une prise en charge adaptée.

Les patients potentiellement infectés par le 2019-nCoV doivent être pris en charge dans l’un des établissements identifiés sur le territoire français pour la prise en charge des cas possibles et confirmés d’infections à MERS-CoV. Il n’y a actuellement pas de traitement spécifique vis-à-vis de ce type d’infection à coronavirus. Le traitement est donc symptomatique.

Localisation du coronavirus

Source : European Centre for Disease Prevention and Control

ContinentsPays / territoire /secteurCas confirmésMorts
AsieChine37242812
Asie Singapour400
Asie Thaïlande320
Asie Japon260
Asie République de Corée250
Asie Taiwan180
Asie Malaysie160
Asie Vietnam140
Asie Emirats Arabes Unis70
Asie Inde30
Asie Philippines31
Asie Nepal10
Asie Sri Lanka10
Asie Cambodge10
AutreCas sur un moyen de transport international au Japon640
EuropeAllemagne140
EuropeFrance110
EuropeItalie30
EuropeRoyaume-Unis30
EuropeRussie20
EuropeFinland10
EuropeBelgique10
EuropeEspagne10
EuropeSuède10
AmériqueEtats-Unis120
Amérique Canada70
OceanieAustralie150
Total37 564813
Répartition géographique des cas de coronavirus
Répartition géographique des cas de coronavirus

En cas de signes d’infection respiratoire dans les 14 jours suivant votre retour d’un des lieux contaminés :

  • Contacter le Samu Centre 15 en faisant état des symptômes et du séjour récent en Chine ;
  • évitez tout contact avec votre entourage et conservez votre masque ;
  • ne pas se rendre chez son médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.

Actualité

Pour les grandes vacances, découvrez Innsbruck, l’autre ville Olympique

Les vacances d’été ne font que commencer et comme chaque année, vous vous demandez où passer un séjour agréable et dépaysant sans se ruiner.
Alors que les projecteurs seront braqués sur Paris pour les Jeux Olympiques d’été 2024, il y a une autre destination qui mérite votre attention : Innsbruck, la capitale du Tyrol en Autriche. Voici pourquoi vous devriez envisager de visiter Innsbruck pendant la période des JO de Paris 2024.

Une Destination Olympique

La ville n’est pas étrangère aux Jeux Olympiques. La ville a accueilli les Jeux Olympiques d’hiver à deux reprises, en 1964 et en 1976, et a également été l’hôte des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver en 2012. En visitant Innsbruck pendant les JO de Paris 2024, vous pourrez revivre l’histoire olympique de la ville et découvrir ses sites olympiques emblématiques.


Innsbruck n’est seulement qu’à 8 heures en voiture ou 5 heures en avion, ce qui constitue un excellent choix pour passer des vacances en famille.

Une Alternative aux Foules de Paris

Les Jeux Olympiques attirent des millions de spectateurs et de touristes. Si vous cherchez à échapper à la foule et au tumulte de Paris pendant les JO, Innsbruck pourrait être l’alternative parfaite. Vous pourrez profiter d’une atmosphère plus détendue et d’une expérience de voyage plus intime.

Une Expérience de Sports d’Été

Il y a toutes sortes de randonnées à faire à proximité d’Innsbruck. Vous pourrez aussi vous adonner aux plaisirs du vélo ou de l’escalade dans les magnifiques Alpes. En même temps, grâce au glacier de Stubai, vous pouvez skier même en plein été !

Une Richesse Culturelle et Historique

Innsbruck est une ville où l’histoire, la culture et les paysages alpins spectaculaires se rencontrent. Que vous soyez amateur de sports, passionné d’histoire ou amoureux de la nature, Innsbruck et ses environs offrent une multitude d’attractions à ne pas manquer, comme le Palais Impérial, le Petit Toit d’Or, la Cathédrale Saint-Jacques, et bien plus encore.

Une Proximité avec d’Autres Destinations Européennes

Innsbruck est idéalement située au cœur de l’Europe, ce qui facilite les voyages vers d’autres destinations européennes. Si vous souhaitez combiner votre voyage avec d’autres villes, Innsbruck est à proximité de Munich, Zurich, Milan et bien d’autres.

Une Célébration de la Culture Tyrolienne

Le Tyrol est connu pour sa culture unique, ses traditions et sa cuisine. En visitant Innsbruck pendant les JO de Paris 2024, vous aurez l’occasion de découvrir et de célébrer la culture tyrolienne, de goûter à sa cuisine traditionnelle et de participer à ses festivals et événements.

Les 15 activités à faire absolument à Innsbruck

1. Le Palais Impérial (Hofburg)

Le Palais Impérial d’Innsbruck est un joyau de l’architecture baroque, ayant autrefois servi de résidence aux Habsbourg. Les visiteurs peuvent explorer les fastueuses salles de réception, le musée des appartements impériaux et la chapelle royale. Chaque pièce témoigne d’une partie de l’histoire impériale autrichienne.

2. Le Petit Toit d’Or (Goldenes Dachl)

Emblème d’Innsbruck, le Petit Toit d’Or est une loggia décorée de tuiles dorées, érigée pour célébrer le mariage de l’empereur Maximilien Ier. Situé dans la vieille ville, il abrite un musée consacré à l’histoire impériale et à Maximilien Ier.

3. La Cathédrale Saint-Jacques (Dom zu St. Jakob)

Cette cathédrale baroque est réputée pour son intérieur somptueusement décoré, ses fresques impressionnantes et son orgue majestueux. Elle abrite également le tombeau d’Andreas Hofer, héros de la révolte tyrolienne contre les troupes napoléoniennes.

4. Le Musée de l’Art Populaire Tyrolien (Tiroler Volkskunstmuseum)

Ce musée propose une immersion fascinante dans la culture et les traditions tyroliennes. Les expositions présentent des costumes traditionnels, des meubles anciens, des objets artisanaux et des scènes de vie quotidienne d’antan.

5. L’Alpenzoo

Niché sur le flanc de la montagne, l’Alpenzoo est l’un des zoos les plus élevés d’Europe. Il héberge une grande variété d’espèces animales alpines, offrant une occasion unique de découvrir la faune locale dans un cadre naturel exceptionnel.

6. Le tremplin à Ski du Bergisel (Bergisel Sprungschanze)

Cette installation sportive moderne, dessinée par l’architecte Zaha Hadid, est un lieu incontournable pour les amateurs de sports d’hiver. En plus des compétitions de saut à ski, la plateforme d’observation (restaurant Bergisel Sky) offre une vue panoramique à couper le souffle sur Innsbruck et les Alpes environnantes.

7. Les Téléphériques Nordkette

Accessible directement depuis le centre-ville, le téléphérique Nordkette vous transporte en quelques minutes à 2300 mètres d’altitude. De là, vous pouvez admirer des vues spectaculaires, faire des randonnées, ou vous détendre dans les refuges de montagne. Vous y trouverez aussi un très bon restaurant à mi-parcours : le Seegrube

8. Le Château d’Ambras (Schloss Ambras)

Situé à la périphérie d’Innsbruck, ce château Renaissance est réputé pour ses collections d’art, d’armures et de curiosités. Les jardins du château sont également un endroit idéal pour se promener et se détendre.

9. La Vieille Ville (Altstadt)

Se promener dans les rues pavées de la vieille ville d’Innsbruck est une expérience incontournable. Avec ses bâtiments colorés, ses boutiques pittoresques, ses cafés et restaurants, c’est un lieu où l’histoire et la modernité cohabitent harmonieusement.

10. Le Musée militaire (Kaiserjägermuseu)

C’est un musée consacré à l’histoire des Kaiserjäger, les chasseurs alpins de l’armée autrichienne. Il présente une collection unique d’uniformes, d’armes, d’équipements et de souvenirs historiques, offrant un aperçu fascinant de la vie et des exploits de ces soldats d’élite.

11. Le Musée des Cloches (Glockenmuseum)

C’est un musée unique en son genre. Il abrite une vaste collection de cloches de différentes époques et régions, offrant aux visiteurs une expérience sonore et culturelle fascinante. Vous y découvrirez l’histoire, la fabrication et la signification des cloches dans la culture tyrolienne. Un endroit très ludique que les enfants apprécieront.

12. Le funiculaire d’Innsbruck (Hungerburgbahn)

Le Hungerburgbahn, est un funiculaire qui relie le centre-ville d’Innsbruck au quartier de Hungerburg. Conçu par l’architecte Zaha Hadid, il offre une vue panoramique époustouflante sur la ville et les montagnes environnantes, tout en étant une œuvre d’art architectural en soi. Il permet d’atteindre l’entrée du téléphérique Nordkette.

13. La randonnée Zirbenweg

C’est une randonnée facile à 2 000 mètres d’altitude arborée avec des pins cembro dont certains sont centenaires. Tout du long, les randonneurs profitent d’un cadre sublime, avec vue sur la vallée de l’Inn. Arrivée au Patscherkofel lors des Jeux olympiques d’hiver de 1964 et 1976, cette montagne a accueilli les épreuves de descente alpine.

14. La piste de Bobsleigh (Olympia Eiskanal)

Dès 1935, cette piste de glace olympique accueillit pour la première fois des championnats du monde sur ce qui était alors une piste naturelle. En vue des Jeux olympiques de 1964 à Innsbruck, deux pistes séparées de glace artificielle furent construites pour les épreuves de bobsleigh et de luge – elles étaient alors parmi des plus impressionnantes au monde. À l’occasion des Jeux olympiques de 1976, on remplaça les deux tubes par une piste combinant bobsleigh, luge et skeleton. Cette installation sportive, première piste combinée au monde, servit de modèle à bien des futures pistes de glace artificielle, de bob et de luge.

15. Les Cristalleries Swarovski (Swarovski Kristallwelten)

Situé à Wattens, à quelques kilomètres d’Innsbruck, ce musée est consacré à l’univers étincelant des cristaux Swarovski. Les chambres des merveilles, les installations artistiques et les jardins offrent une expérience magique et féerique.

Comment s’y rendre ?

1. En Avion

Le moyen le plus rapide pour se rendre à Innsbruck depuis Nice est de prendre l’avion. L’aéroport d’Innsbruck (INN) est desservi par Austrian ou Lufthansa, avec une correspondance à Vienne ou à Munich (transfert par bus). Le temps de vol total, y compris l’escale, est d’environ 4 à 5 heures. Le coût peut varier de 265€ à 470€.

2. En Train

Si vous préférez admirer les paysages pendant votre voyage, le train est une excellente option. La durée du trajet en train de Nice à Innsbruck est d’environ 10 à 12 heures, avec plusieurs correspondances. Vous pouvez prendre un train de Nice à Milan, puis de Milan à Innsbruck.

4. En Voiture

Si vous aimez l’aventure et la flexibilité, vous pouvez également conduire de Nice à Innsbruck. Le trajet en voiture dure environ 8 heures, en fonction du trafic et des conditions routières. Vous aurez l’occasion de traverser de magnifiques paysages alpins et de vous arrêter dans des villes pittoresques en cours de route.

Continue Reading

Actualité

Visitez le tremplin de ski Bergisel à Innsbruck

Le tremplin de Bergisel est un site emblématique situé à Innsbruck, en Autriche. Il est l’un des tremplins les plus importants de la Coupe du monde de saut à ski. Chaque année, il accueille la troisième étape de la Tournée des quatre tremplins. Ce site offre une vue imprenable sur la ville d’Innsbruck et ses environs.

Le tremplin olympique a été rénové en 2002 par l’architecte Zaha Hadid.

Il fait partie des tremplins les plus prestigieux de la Coupe du monde de saut à ski et accueille annuellement la troisième étape de la Tournée des quatre tremplins.

La première compétition officielle sur ce tremplin en bois a eu lieu en 1920. En 1964, le tremplin a été rénové pour devenir le tremplin principal des Jeux olympiques d’hiver de 1964, tandis que le tremplin Toni Seelos de Seefeld servait de tremplin secondaire. Ces deux tremplins ont également été le théâtre d’épreuves olympiques lors des Jeux olympiques d’hiver de 1976. Les dernières modifications apportées au tremplin de Bergisel remontent à 2003.

Il est devenu une attraction sportive et touristique. Les amateurs de sports d’hiver peuvent profiter d’une expérience unique tout en admirant la beauté des montagnes environnantes.

Horaires d’ouverture :

  • De juin à octobre : tous les jours (sauf le lundi et le mardi) de 9 h à 18 h
  • De novembre à mai : tous les jours (sauf le mardi) de 10 h à 18 h

Le stade est accessible à pied depuis le parking du Musée des chasseurs impériaux (Kaiserjägermuseum, Bergisel 1, 6020 Innsbruck, Autriche). Le prix du stationnement pour une voiture est de 3,40 € pour 90 minutes

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site officiel du tremplin de Bergisel.

N’hésitez pas à visiter ce lieu unique si vous êtes de passage à Innsbruck.

BERGISEL STADION
Bergiselweg 3, 6020  Innsbruck

Continue Reading

Actualité

Coupe du monde d’escalade : triple victoire japonaise à Innsbruck

Le Japon a remporté vendredi 28 juin un triplé historique lors de la Coupe du monde de bloc masculin à Innsbruck, sous la houlette de Sohta Amagasa.

Meichi Narasaki et Sorato Anraku ont décroché respectivement les deuxième et troisième places lors de la compétition de vendredi soir, devant une foule de 3 000 spectateurs en liesse. Au total, quatre Japonais ont atteint la finale à six.

Le Tyrolien Jakob Schubert, favori local, n’a pas réussi à se qualifier pour les demi-finales mercredi soir.

Les qualifications et les demi-finales se poursuivront le samedi, tandis que les places sur le podium seront en jeu le dimanche. Outre Schubert, Jessica Pilz, qui a terminé cinquième de la compétition de bloc jeudi, vise également une place sur le podium.

Continue Reading
Advertisement

Les + lus