fbpx
Connect with us

Actualité

Développement durable : Air France poursuit l’électrification de ses engins de piste

Dans le cadre de sa politique de développement durable, Air France s’est fixé comme objectif de réduire de 50% ses émissions de CO2 par passager km d’ici à 2030. Pour y parvenir, la compagnie active tous les leviers de réduction de l’empreinte carbone à chaque étape de sa chaîne de valeur, au sol comme en vol.

Engagée depuis plusieurs années dans l’électrification de ses engins de piste, Air France a expérimenté le 3 septembre 2020 le traitement au sol d’un vol Paris – Delhi avec des engins 100% électriques produits par la start-up française CARWATT et par TLD, leader mondial en construction de matériel de piste. Certains de ces équipements sont labellisés par la Fondation Solar Impulse – dont Air France est partenaire – pour leur valeur à la fois écologique et économique. Ont ainsi été utilisés :

– pour l’alimentation de l’avion en air : un conditionneur d’air TLD Lebrun
– pour le transfert des bagages du terminal jusqu’à l’avion, un tracteur Charlatte
– pour le chargement des bagages : un convoyeur à bande CARWATT
– pour le chargement du fret, un loader gros porteur TLD
– Enfin, l’avion a été repoussé de son point de stationnement par un tracteur de push gros porteur TLD

Le soutien à l’innovation et la mobilisation de son écosystème pour développer des solutions économiquement et écologiquement viables est l’un des axes majeurs de la politique d’Air France en matière de développement durable. Ainsi la compagnie soutient le développement d’engins innovants proposant des alternatives à l’utilisation de carburants fossiles. Le partenariat entre Air France et CARWATT, lancé en 2017, allie électrification et économie circulaire, avec la transformation d’anciens tapis bagages à motorisation thermique en motorisation électrique avec des batteries Li-Ion de seconde vie. TLD, fournisseur et partenaire historique d’Air France, utilise quant-à-lui, le hub d’Air France à Paris-Charles de Gaulle comme terrain d’expérimentation et de perfectionnement de ses engins. Les ingénieurs d’Air France et de TLD testeront prochainement en conditions réelles l’approche avion autoguidée (équivalent d’un « park assist » sur les voitures) pour les nouveaux loaders électriques utilisés pour charger le fret à bord des avions.

D’ici fin 2020, près de 60% de la flotte des engins de piste utilisés par Air France sur les aéroports sur lesquels la compagnie opère ses propres matériels (Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly ainsi que les escales Air France en France métropolitaine) seront électriques. Ce taux sera porté à 90% en 2025, permettant d’éviter chaque année l’émission de 10 000 tonnes de CO2. En 2030, Air France vise la neutralité carbone de ses opérations au sol.

Le vol Paris-Delhi du 3 septembre 2020 était assuré par un Airbus A350 d’Air France, appareil de dernière génération consommant 25 % de carburant en moins que les appareils équivalents de génération précédente, grâce à l’incorporation de matériaux plus légers, composites et titane. Son empreinte sonore est également réduite de 40%.

Les engagements d’Air France en matière de développement durable couvrent également le renouvellement de flotte, l’éco-pilotage, le recyclage, la compensation des émissions de CO2, l’utilisation de carburants durables d’aviation et la mobilisation de la recherche. Pour plus d’informations sur le plan Horizon 2030, cliquez ici.

Pour la quinzième année consécutive, le groupe Air France-KLM figure aux premières places Europe et Monde du Dow Jones Sustainability Index (DJSI), principal indice international évaluant les performances en terme de développement durable, et a retrouvé la tête du classement en 2019.

Actualité

Stations de ski : pas d’ouverture pour les fêtes de Noël

En estimant hier soir « impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes, plutôt courant janvier », Emmanuel Macron a douché les espoirs des stations de ski d’ouvrir pour les fêtes de fin d’année.

Le choc pour les stations françaises

Les deux semaines des vacances de Noël constituent un moment clé pour l’économie des stations. Si la plupart des restaurateurs s’étaient bon gré, mal gré résignés à ne pas pouvoir ouvrir pleinement, certains d’entre eux se préparant d’ores et déjà à de la vente à emporter, les autres commerces, notamment les loueurs/vendeurs de ski, et les boutiques de vêtements sont en pleine préparation de la saison : rentrée et mise en rayon de la marchandise, recrutement des saisonniers, etc. La campagne de recrutement des saisonniers pour les remontées mécaniques a également démarré.

Pour les stations françaises, les semaines à venir vont donc être très compliquées.

Rappelons que la plupart des stations envisageaient d’ouvrir dès le 5 décembre pour peu que la neige ou le froid permettant le fonctionnement des canons seraient au rendez-vous.

« Incompréhensible » pour Charles-Ange Ginésy

Dès hier soir, le président du Département des Alpes Maritimes, Charles-Ange Ginésy a réagi fortement, jugeant « incompréhensible » cette décision « au regard de la réunion de concertation menée lundi par le Premier ministre et l’ensemble des acteurs de la montagne française où nous avons formulé avec les ministres concernés des propositions claires et la mise en place d’un protocole sanitaire strict, permettant ainsi d’ouvrir les stations de montagne. C’est un coup dur pour nos stations qui se tiennent prêtes à ouvrir et qui se sont préparées, depuis plusieurs jours déjà, pour accueillir les saisonniers et les vacanciers dans les meilleures conditions. »

Appel au président de la République

Charles-Ange Ginésy demande donc « au président de la République de revoir sa position. Nos stations doivent respirer, il s’agit d’un enjeu économique primordial ».

Continue Reading

Actualité

Le Premier ministre annonce une décision « dans les dix prochains jours » pour l’ouverture des stations de ski à Noël

La décision d’ouvrir ou non les stations de ski pour les vacances de Noël sera prise « dans les dix prochains jours », a indiqué lundi Matignon à l’issue d’une réunion dans la matinée avec les acteurs du secteur.

« La question » d’ouvrir ou de laisser fermées les stations « n’est à ce jour pas tranchée, les deux options étant encore envisagées compte tenu des incertitudes sur l’évolution de la situation sanitaire », a précisé Matignon dans un communiqué.

Une décision attendue avec impatience dans la région alors que les professionnels de la montagne attendent avec impatience le top départ pour lancer la saison d’hiver.

Malgré l’absence de neige et les inquiétudes liées à la Covid-19, chacun essaie de rester positif et se prépare le plus normalement possible.

Continue Reading

Actualité

La SNCF sera prête le 14 décembre pour faire rouler 100% de ses TGV OuiGo et TGV Inoui pour les congés de Noël,

La SNCF entend permettre à tous les Français de se déplacer en train pour les fêtes de fin d’année si les conditions sanitaires le permettent, a déclaré samedi Alain Krakovitch, directeur de Voyages SNCF.

« Notre objectif, c’est que tous les Français puissent compter sur le train pour les fêtes de fin d’année », a-t-il dit sur BFM TV.

« On a décidé de monter en charge le nombre de trains qui circuleront à partir du 7 décembre de façon à ce que le 14 décembre, 100% des trains soient prêts à circuler si évidemmennt les conditions sanitaires le permettent », a-t-il ajouté.

Depuis le 5 novembre, le plan de transport grande vitesse de la SNCF a été ramené à près de 30% de l’offre habituelle en raison de la baisse constatée de la fréquentation des trains à grande vitesse (TGV INOUI, OUIGO) lors de la première semaine du reconfinement, avec un taux d’occupation descendu à environ 15% (contre 50% en moyenne les semaines précédentes), a indiqué la SNCF dans un communiqué diffusé mardi.

Continue Reading
Advertisement

Les + lus