fbpx
Connect with us

Actualité

Bilan 2020 : le trafic aérien européen est tombé au niveau de celui de 1995

Après des années de croissance, 2020 est une année de crise pour le secteur du transport aérien. La pandémie de la COVID-19 a fait drastiquement baisser le nombre de passagers aériens. Selon l’Union des Aéroports Français le trafic passagers des aéroports français en 2020 est en diminution de 67.3% par rapport à 2019. Les aéroports en Outre-mer ont mieux résisté à la crise, avec tout de même une diminution de 50.5% de leur trafic, alors que la chute de trafic est de 68.4% pour les aéroports métropolitains. Le trafic des aéroports français est de 70 045 572 passagers commerciaux en 2020, contre plus de 214 millions en 2019.

En début d’année, les chiffres des premiers mois laissaient présager une année de croissance pour le trafic aérien (+3.3% en janvier, +2.8% en février), mais à partir du mois de mars et la mise en place de mesures restrictives (confinement, fermeture des frontières, quarantaine, …), le trafic s’effondre : -96.7% pour le deuxième trimestre, -68.8% au troisième trimestre et -76.8% au quatrième trimestre.

Au niveau européen, le trafic est tombé au niveau de celui de 1995 : seulement 728 millions de passagers dans les aéroports européens en 2020, contre 2.4 milliards en 2019 (-70.4%). Ce sont les aéroports appartenant aux pays de l’Union européenne qui ont subi les plus fortes baisses de trafic (-73.0% et 1.32 milliard de passagers en moins) par rapport aux aéroports européens des pays non membres de l’UE (-61.9% et 400 millions de passagers en moins)

Des disparités entre les aéroports

Les plateformes parisiennes continuent de représenter plus de la moitié du trafic des aéroports métropolitains (51.9% du trafic, contre 53.6% en 2019), même si la chute du trafic a été plus importante pour les aéroports parisiens (-69.4%) que pour les aéroports en région (-67.2%). La somme du trafic de cette année des aéroports de Paris – Charles de Gaulle (22 millions de passagers) et de Paris – Orly (11 millions) est égale au trafic de 2019 de l’aéroport de Paris – Orly seulement (32 millions).

Ce sont les aéroports régionaux qui affichent la plus faible baisse cette année avec 60.3% de passagers en moins. Cela s’explique par le fait que le trafic de ces aéroports en 2019 était à majorité (plus de 55%) à destination de la France et c’est le trafic domestique qui a été le moins impacté par la crise du coronavirus. De plus, on retrouve dans cette catégorie deux aéroports corses (Ajaccio – Napoléon Bonaparte et Bastia – Poretta) qui ont eu des chutes de trafic inférieures à 50% cette année. La Corse est ainsi la région française qui voit son trafic le moins diminuer durant cette année (-43.4%).
Les aéroports de proximité voient leur trafic diminuer de 65.5%, mais il peut exister des grandes disparités entre ces aéroports puisque certains présentent des pertes de trafic de l’ordre de 30% à 40% tandis que d’autres sont autour des -70% voire des -80% de trafic passagers.

Les grands aéroports régionaux qui représentent plus d’un tiers du trafic métropolitain ont vu leur trafic diminuer de 68.8% par rapport à l’année dernière. Ces aéroports qui possédaient en 2019 tous un trafic supérieur à 5 millions de passagers, ont maintenu tous un trafic compris entre 2 millions et 4.5 millions de passagers.

Le low-cost et l’international, deux secteurs mis à mal par la crise

En 2020, le low-cost n’est plus le moteur principal de la croissance française. En effet, le trafic low-cost a diminué de 70.0%, alors que le trafic des compagnies traditionnelles a diminué de 67.5%. Toutefois, le trafic low-cost continue de représenter un tiers du trafic passagers en France métropolitaine, et il continue de représenter près de 50% de trafic pour les grands aéroports régionaux et pour les aéroports régionaux.

Avec la mise en place de mesures limitant les voyages à l’international cette année, c’est donc le trafic à
l’international qui a été le plus touché, -72.5%, contre -56.5% pour le trafic domestique. Le trafic international qui représentait 74% de trafic de la France métropolitaine en 2019, ne représente plus que 64% de ce trafic. Sur les 64 millions de passagers en France métropolitaine, 41 millions étaient à destination ou en provenance de l’international.

La part du trafic domestique est importante pour les aéroports de proximité (64.1%, contre 50.1% en 2019) et pour les aéroports régionaux (68.2%, contre 55.0% en 2019). Le trafic vers et depuis les destinations hors Schengen représente quand même 34.3% du trafic métropolitain total, et il représente encore 48.0% du trafic des plateformes parisiennes.

Les aéroports d’Outre-mer résistent mieux à la crise Avec 6.4 millions de passagers accueillis en 2020, les aéroports d’Outre-mer voient diminuer leur trafic de moitié cette année (-50.5%). C’est mieux que les aéroports métropolitains. Cela peut s’expliquer par l’importance de la continuité territoriale entre métropole et Outre-mer mais également par la nécessité du transport aérien pour accéder à des zones éloignées ou difficile d’accès.

Ce sont les aéroports de Nouvelle-Calédonie qui enregistrent la plus faible perte de passagers (-44.2%), suivis par les aéroports des Antilles (-48.9%) grâce notamment aux résultats de l’aéroport de Guadeloupe – Pôle Caraïbes (-49.0%) qui devient le 10e aéroport français. Le trafic a chuté d’environ 49% en Polynésie française et en Guyane et de 57.9% pour les aéroports de l’Océan Indien.

Merci à l’Union des Aéroports Français pour ce dossier sur les résultats d’activité des aéroports français 2020 (édition mars 2021).

Actualité

Airbus a livré 50 appareils en mai 2021

Selon Reuters, Airbus a annoncé lundi 7 juin, avoir livré 50 avions de plus au mois de mai, pour un total de 220 livraisons depuis le début de l’année 2021, soit une hausse de 38% par rapport à la même période l’an dernier.

L’avionneur européen, toujours affecté par la crise due au coronavirus, a précisé qu’un A380, un programme mis au rebut, figurait parmi ces livraisons. La compagnie de Dubai, Emirates en avait commandé cinq.

Airbus a également confirmé la commande annoncée le mois dernier de cinq gros porteurs A350 par Lufthansa. Le groupe allemand a cependant annulé trois exemplaires de cet appareil, ce qui donne une commande nette de deux unités, confirmée par un porte-parole de l’avionneur.

Dans le cadre de la restructuration de sa flotte, Lufthansa a commandé cinq avions 787-9 à Boeing après l’annulation d’une partie de sa commande à Airbus.

Les deux constructeurs aéronautiques souffrent d’une baisse de la demande pour les gros porteurs, qui a été accentuée par la crise sanitaire.

Continue Reading

Actualité

Europa-Park, ouvert depuis le 21 mai

Après plus de 6 mois de fermeture, le moment tant attendu est enfin arrivé : Europa-Park a lancé sa saison estivale 2021 le vendredi 21 mai. C’est grâce à l’approbation de réouverture sous forme de projet pilote par le Landratsamt de l’Ortenau et le Ministère des Affaires sociales du Bade-Wurtemberg qu’Europa-Park a pu à nouveau accueillir des visiteurs.

Roland Mack, propriétaire d’Europa-Park, a déclaré : « Nous sommes très heureux de l’approbation en tant que projet pilote et nous sommes impatients d’accueillir à nouveau les visiteurs après une longue période de fermeture. L’année passée, Europa-Park avait déjà démontré que l’exploitation de l’intégralité du complexe incluant le parc de loisirs, les hôtels, les restaurants, l’univers aquatique Rulantica ainsi que YULLBE était possible en respectant un vaste protocole d’hygiène. Le Resort a ainsi compté plus de deux millions de visiteurs en 2020. Nous sommes conscients de la haute responsabilité qui nous incombe dans cette situation, mais nous sommes confiants quant aux perspectives de réouverture. ». 

Plus de 1 600 spectateurs ont suivi la conférence de presse en live stream au cours de laquelle la famille Mack a dévoilé ce matin les nouveautés de la saison 2021 et le vaste protocole d’hygiène mis en place à Europa-Park. Vendredi 21 mai, le parc a ouvert ses portes à environ 3 000 visiteurs. Durant le week-end de la Pentecôte, jusqu’à 10 000 visiteurs ont pu profiter des 15 quartiers thématiques européens dans une ambiance de vacances tant attendue.

Continue Reading

Actualité

Les plus beaux lieux à ne pas rater lors d’un voyage au Sri Lanka

Partir à l’exploration de quelques sites touristiques du Sri Lanka

Etat insulaire de l’océan Indien, le Sri Lanka possède un grand nombre d’endroits fascinants. C’est la destination idéale pour les amateurs de découvertes. Ce pays attire plusieurs touristes avec ses somptueux temples bouddhistes, ses parcs nationaux et ses plages paradisiaques. En outre, une multitude d’activités permettent de passer un moment inoubliable.

Visiter quelques magnifiques temples lors d’un séjour au Sri Lanka

Le Sri Lanka possède un grand nombre de sites religieux qui permettent aux touristes de découvrir l’histoire de cette île. Visiter quelques-uns figure parmi les activités que les voyageurs ne peuvent pas manquer. Le temple d’or de Dambulla fait partie des sites les mieux préservés du Sri Lanka. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce temple se situe en plein cœur du Triangle Culturel sri lankais. Il s’agit d’un ensemble de cinq grottes sanctuaires. A l’intérieur de celles-ci, on trouve plus de 150magnifiques statues de Bouddha et quelques divinités hindoues. On peut y admirer des peintures rupestres qui forment une série de tableaux représentant l’histoire du Bouddhisme au Sri Lanka. Afin de profiter sereinement de l’atmosphère de ce lieu, il faut s’y rendre tôt le matin.

A part cela, les touristes peuvent visiter le temple de la dent de Bouddha qui se situe à Kandy. Autrefois, ce lieu sacré faisait partie d’un vaste complexe architectural qui comptait la résidence des souverains Kandyens. Inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO,ce sanctuaire conserve une relique de la dent de Bouddha. Celle-ci est gardée dans sept coffrets d’or incrustés de pierres précieuses. La salle qui abrite ce coffre est ornée de grandes défenses d’éléphants et d’or. Il est à noter que l’entrée de ce beau temple est payante et il faut enlever les chaussures. Il faut aussi couvrir les épaules et les genoux. C’est admirable d’y assister à la ferveur des pratiquants qui y viennent prier, se recueillir et déposer des offrandes.

Faire un safari dans les parcs nationaux du Sri Lanka

Le Sri Lanka possède une multitude d’animaux sauvages qui continuent d’évoluer dans leur habitat naturel. Lors d’un voyage au sri lankales routards peuvent visiter quelques parcs nationaux et faire un safari. Ils peuvent par se rendre au parc national de Yala. Celui-ci se situe dans une région constituée de forêts sèches, lacs et lagunes saumâtres. C’est l’un des meilleurs parcs pour faire un safari au Sri Lanka. On y observe une variété d’animaux qui se baladent librement entre les plaines verdoyantes et la jungle imposante. En explorant les coins les plus sauvages du parc, on peut voir des léopards, des ours paresseux, des panthères, des chacals,… De plus, ce parc est un excellent endroit pour observer des oiseaux. Ceux-ci incluent le coq de Lafayette, le pigeon de Ceylan, le barbu à couronne rouge, le bulbul à tête noir, etc.

Les promeneurs peuvent également faire un safari dans le parc national de Wilpattu. Situé au nord-ouest du Sri Lanka, cette réserve naturelle s’étend sur plus de 130 hectares.Il s’agit du plus grand parc national du pays. Le meilleur moyen d’y observer des animaux en toute sécurité est de monter dans un 4×4 à toit ouvrant. Ce parc abrite un grand nombre d’espèces endémiques. On peut y voir des éléphants, des cerfs, des sangliers, des buffles, des cochons sauvages et du fameux ours paresseux. Avec un peu de chance, on peut rencontrer des léopards, l’un des animaux les plus fascinants du Sri Lanka.Par ailleurs, ce parc est peuplé de nombreux oiseaux tels que les hérons, les aigles, l’Akalat à calotte brune, etc.

Partir à la découverte des plus belles plages sri lankaises

Un séjour dans un pays n’est pas complet si on ne découvre pas ses plages. Comme le Sri Lanka est une île, il est bordé de plages paradisiaques. La plus connue d’entre elles est celle de Mirissa, une grande plage de sable blanc bordée de cocotiers. Située au sud de l’île, cette station balnéaire d’une beauté époustouflante est idéale pour la baignade. En fait, l’eau y est calme et les vagues sont moins puissantes. De plus, on y voit clairement les poissons car les eaux sont très claires. C’est également l’occasion de découvrir le Coconut Tree Hill. Il s’agit d’une colline recouverte de plusieurs cocotiers. Cet endroit est excellent pour admirer le coucher de soleil. Les couleurs y sont magiques, une mélange d’ocre et de vert.

Située au nord-est du Sri Lanka, la plage de Nilaveli figure également parmi les plus belles plages du pays. Elle fait partie des endroits à ne pas rater lors d’un voyage dans cette île. La plage de Nilaveli est très longue et étendue. Son sable doré et son eau transparente fond d’elle une plage parfaite lors de la haute saison sur la côte Est. Les touristes peuvent profiter pour visiter le Pigeon Island qui se trouve en face de cette plage. Il s’agit d’un parc national où l’on peut observer quelques espèces marines. Celles-ci incluent les requins à pointe noire, des tourtues, des dauphins, des poissons de toutes les formes et couleurs.

Merci à Terre Peu Connue

Continue Reading
Advertisement

Les + lus