fbpx
Connect with us

Actualité

Un partenaire d’EasyJet développe un moteur pour un avion électrique de 186 places

Un avion électrique Easy-Jet de 186 places pourrait voir le jour en 2023

Wright Electric, partenaire d’easyJet, lance le développement d’un moteur pour un avion électrique de 186 places

EasyJet, première compagnie aérienne européenne en termes de réseau, salue l’annonce faite par son partenaire Wright Electric, du lancement d’un programme de développement de moteur pour un avion électrique de 186 sièges, baptisé Wright 1.


Wright Electric développe des systèmes électriques à l’échelle du mégawatt, qui seront nécessaires au vol de son avion électrique commercial de 186 sièges. Pour y parvenir, la start-up américaine construit un moteur électrique de 1,5 MW, ainsi qu’un onduleur de 3 kilovolts. Ce moteur constituera la centrale d’alimentation du système électrique de l’avion Wright 1 et ouvrira la voie à une aviation sans émissions, en Europe et dans le monde.

Premiers essais en vol en 2023

Wright Electric est actuellement en discussion avec BAE Systems au sujet des commandes de vol et des systèmes de gestion de l’énergie. La start-up américaine a l’intention de procéder à des essais au sol de son moteur dès 2021, puis à des essais en vol en 2023. Lors d’un événement organisé par l’entreprise le 30 janvier à New York City, Wright Electric a donné un aperçu en avant-première de son moteur et de sa turbine.

L’entreprise a également annoncé son déménagement afin de bénéficier des talents de la ville d’Albany, dans l’État de New York, en matière d’ingénierie. Le développement du moteur est la prochaine étape vers la construction d’avions monocouloirs. Wright Electric effectuera des essais aérodynamiques sur son fuselage, qui serviront de base à la conception du système de propulsion. La société prévoit l’entrée en service du Wright 1 en 2030. De nombreuses agences gouvernementales aux États-Unis financent la recherche dans le domaine de l’aviation électrique, notamment la NASA et l’AFRL (Air Force Research Laboratory).

« Un avenir plus durable pour l’aviation »

Johan Lundgren, Directeur Général d’easyJet, a commenté : « Il s’agit d’une nouvelle étape cruciale pour notre partenaire Wright Electric en vue de l’introduction d’avions électriques commerciaux et nous sommes enthousiasmés par leur ambitieux calendrier d’essais et d’entrée en service ».
« La technologie des batteries progresse à un rythme soutenu avec de nombreuses agences gouvernementales américaines qui aujourd’hui financent l’aviation électrique. Tous ces développements nous permettent d’envisager un avenir plus durable pour l’aviation ».

Un avion Easy Jet électrique ? Premiers essais prévus pour 2023

La priorité d’easyJet est de continuer à réduire son empreinte carbone à court terme, tout en soutenant à long terme le développement de nouvelles technologies, telles que le développement d’avions électriques en partenariat avec Wright Electric afin de réduire radicalement l’empreinte carbone de l’aviation.

En parallèle, easyJet est devenue la première grande compagnie aérienne à compenser l’intégralité de ses émissions carbone, mesure provisoire le temps que de nouvelles technologies soient développées. C’est pourquoi la compagnie continue de soutenir le développement de technologies innovantes et d’œuvrer pour la décarbonisation de l’aviation. L’objectif est pour easyJet de réduire sa compensation carbone à mesure que de nouvelles technologies émergent.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Ferries : les liaisons entre Nice et la Corse reprennent le 1er juillet

Les liaisons maritimes entre Nice et la Corse reprendront dès le 1er juillet. Corsica Ferries, désormais seul opérateur à desservir notamment Bastia, Ajaccio, l’Ile-Rousse depuis la capitale azuréenne, va reprendre du service, dans des conditions qui ne nous ont pas été communiquées hier. Les horaires et fréquences doivent encore être définis.

Ces liaisons avaient été suspendues depuis mars dernier, en raison de la crise du coronavirus.

« Les fréquences des ferries ainsi que leurs horaires seront ajustés. Cela permettra de préserver la santé et la qualité de vie des riverains du port mais également de laisser davantage de place à des programmes d’animations au bénéfice des commerces du port », a toutefois souligné la Ville dans le communiqué annonçant cette reprise, « conformément au souhait de Christian Estrosi de limiter les émissions de gaz à effet de serre et en accord avec Pierre Mattei, P.-D.G. de Corsica Ferries ».

Continue Reading

Actualité

Le département du 06 souhaiterait qu’Air France relance franchement son activité à l’aéroport de Nice

Le département des Alpes-Maritimes a adopté ce vendredi en séance plénière une motion initiée par Eric Ciotti. Elle invite le secrétaire d’Etat aux Transports, à contraindre Air France à relancer plus vigoureusement son activité à l’aéroport de Nice.

« La compagnie envisage de ne reprendre que 35 % de ses vols vers et au départ de Nice cet été, a déploré le président de la commission des finances et député. »

« IL FAUT IRRIGUER NOTRE ÉCONOMIE, SINON ON VA AVOIR DES SUICIDES CET HIVER »

En guise de tentative d’explication, David Lisnard, vice-président du Département et par ailleurs président du Comité régional du tourisme, a de son côté souligné « l’effet pervers de l’injection d’argent public qui incite parfois à ne pas reprendre le travail  ».

Continue Reading

Actualité

Où et comment se faire dépister du Coronavirus Covid-19

Depuis le 7 mars, le Gouvernement a publié un arrêté autorisant les laboratoires de ville à effectuer des « prélèvements nasopharyngés », dans le cadre du dépistage du Covid-19

Vous vous posez peut-être la question si vous êtes porteur du virus SARS-CoV-2 ? Pour connaître l’ensemble des informations et recommandations concernant le coronavirus Covid-19, vous pouvez contacter la plateforme nationale 0800 130 000 tous les jours et 24h/24 et consulter les sites internet du Gouvernement, du ministère des solidarités et de la santé et de Santé Publique France. Si vous êtes suspectés d’être contaminé par ce virus (selon les critères définis par Santé Publique France), votre médecin traitant vous délivrera une ordonnance pour vous faire dépister dans un laboratoire de ville.

Dépistage dans un laboratoire de ville

La Haute autorité de santé, précise dans un avis la procédure du dépistage.

Cet avis informe sur :

  • les conditions de prescriptions du test (diagnostic et suivi),
  • les modalités des prélèvements et de leur envoi,
  • les recommandations de manipulations des prélèvements en LSB2,
  • les bonnes pratiques relatives à la technique de transcription inverse suivie d’une amplification,
  • le rendu des résultats.

Par ailleurs, l’arrêté du 7 mars 2020 précise que «la manipulation des échantillons respiratoires doit se faire dans un laboratoire LSB2 (niveau d’exigence de sécurité biologique, NDLR)». En claire, la plupart des laboratoires de ville serait en mesure de faire le test de dépistage. Mais comment trouver un laboratoire votre laboratoire d’analyse médicale.

Où trouver un laboratoire de ville ?

Vous pouvez trouver un laboratoire de ville proche de chez vous, avec une simple requête Google en cliquant ici qui déterminera (grâce à votre IP) le laboratoire le plus proche de chez vous.

Modalités de prélèvement

D’après la Haute autorité de santé, des prélèvements nasopharyngés profonds par écouvillonnage ou des prélèvements des voies respiratoires basses (crachats, lavage bronchoalvéolaire) sont réalisés le cas échéant au domicile du patient par un professionnel de santé autorisé (notamment médecin, biologiste médical, infirmière diplômée d’Etat) et portant les équipements de protection individuelle recommandés.

Le prix des tests est fixé à 54 euros, pris en charge à 70% par la Sécurité sociale, le reste étant remboursé par les mutuelles. C’est un prix en baisse par rapport à celui que facturaient les hôpitaux au titre du «référentiel des actes innovants hors nomenclature», fixé à 135 euros.

Le résultat de cet examen est à rendre au patient et au médecin prescripteur, avec information à la cellule d’intervention de Santé Publique France en région, à l’agence régionale de santé et au centre de crise de la Direction Générale de la Santé. L’arrêté du 7 mars précise que le résultat doit être transmis dans les 24 heures

Les tests seront réalisés à deux fins: pour confirmer un diagnostic de Covid-19 chez un patient suspect, puis à deux reprises à 48 heures d’intervalle pour certifier qu’un patient guéri n’excrète plus le virus, donc n’a plus besoin de protéger son entourage. «L’idée est de tester tous les cas suspects, mais il y a plusieurs situations», indiquait samedi le directeur général de la santé Jérôme Salomon, bien conscient que tous ne pourront pas être testés si l’épidémie prend de l’ampleur.

Suivre l’évolution de l’épidémie

Les cas graves ainsi que les personnes hospitalisées pour une autre raison mais présentant des symptômes devront être testés. De même pour «les nouveaux regroupements de cas» ou les cas apparaissant dans «de nouveaux territoires». Réaliser un test ne changera en revanche rien à la prise en charge: faute de médicament validé contre le Covid-19, celle-ci est uniquement symptomatique (paracétamol contre la fièvre, aide respiratoire et gestes de réanimation classiques dans les cas graves). L’intérêt du test est donc essentiellement de suivre le plus fidèlement possible l’épidémie et de pouvoir lever les confinements inutiles.

Continue Reading

Les + lus